Michael Portillo

Je m’appelle Michael Portillo, je suis un pur bordelais de 31 ans et je suis photographe professionnel. J’ai deux domaines dans mon activité : mon cœur de métier qui est lié à la photographie de paysages et de voyages et une activité de prises de vues plus « institutionnelles ».

Parle nous de ton parcours et du virus « photo »  ?
Alors j’ai été contaminé il y a longtemps maintenant et c’est grâce au voyage que j’ai attrapé le virus. Je voyais et vivais tellement de choses, dépaysantes pour la plupart, que j’ai eu envie d’immortaliser tout ça.

Et puis j’ai rencontré un photographe lors d’un séjour en Australie qui a fini de me convaincre. On était au sommet du mont Uluru et j’avais trouvé géniale sa façon d’aborder la scène, de composer l’image, d’attendre le bon moment … Je me suis dit qu’il fallait que je fasse de la photo ! Deux semaines plus tard j’achetais mon premier reflex.

Tu es aujourd’hui photographe pro. Cela fait combien de temps et comment as-tu franchi le pas ?
Si on entend par « pro » le fait de générer un revenu ça a commencé y a 6 ans maintenant, puis ça s’est développé de manière progressive.

Au début la photo était un complément de mon ancien travail dans le commerce international et puis à un moment j’ai senti que je devais me lancer, parce qu’au final à faire deux choses à la fois je n’en faisais aucune vraiment correctement. Et je ne regrette pas mon choix !

Tu as réussi à développer une activité de voyage photo un peu partout dans le monde. Dis-nous quelques mots sur cette part de ton travail.
Le voyage et la photo sont vraiment mes deux grandes passions, des passions qui sont devenues indissociables pour moi. Je dis d’ailleurs souvent que je voyage pour photographier autant que je photographie pour faire voyager. Du coup j’avais vraiment envie de proposer quelque chose qui me permette de vivre ces deux passions en même temps et surtout de les partager et les transmettre.

C’est comme ça que sont nés mes voyages photos. Il s’agit en fait de séjours conçus spécialement pour la photo où le but est de progresser tout en découvrant une région du monde. Aujourd’hui je propose à des passionnés de me suivre à Bali, en Slovénie, à Lisbonne ou même sur le Bassin d’Arcachon. Et de nouvelles destinations devraient arriver prochainement.

Tu as réussi à conjuguer 2 passions que sont le voyage et la photo mais… MAIS si on te demander d’abandonner l’une des deux. Quel serait ton choix ?
Aïe, dure comme question ça ! Je pense que j’abandonnerai douloureusement la photo … C’est une passion qui est devenue un métier et qui occupe donc une place importante dans ma vie aujourd’hui mais voyager reste mon mode de vie et je préfère arrêter de shooter qu’arrêter de vivre 🙂

Niveau matos, avec quoi shootes-tu ?
J’ai toujours utilisé des boîtiers Canon et là je travaille avec un 5DIII et un 6D. Je réfléchis à remplacer prochainement ce dernier par un 7DII pour avoir une option en APC-S et pouvoir photographier d’autres choses comme l’animalier par exemple. Du côté des objectifs il y a toujours les classiques 16-35, 24-105 et 70-200 de la série L de chez Canon dans mon sac photo (modèle Loka de chez F-Stop le sac) auxquels j’ajoute quelques focales fixes selon les voyages et les projets.

J’ai le 24mm Art Sigma que j’adore pour son piqué exceptionnel, un 50mm dont je me sers souvent pour les portraits pris sur le vif en voyage et de temps en temps le 100mm macro m’accompagne aussi. Comme je fais beaucoup de paysages j’ai également tout un tas de filtres et d’accessoires. Je possède aussi le drone Mavic Pro de chez DJI qui me permet de faire des photos différentes et aussi de la vidéo.

J’ai d’ailleurs développé une série de mini-films qui s’appelle « Drone Experience » et qui vise à montrer certaines régions du monde depuis les airs. Il y a 8 épisodes pour le moment qui font voyager de l’Islande à la Slovénie en passant par Malte ou la Finlande.

Un objectif préféré ?
Je ne suis pas forcément un puriste des focales fixes mais c’est vrai que j’aime beaucoup le 24mm Art de chez Sigma. Il est parfois un peu « juste » pour les grands paysages mais il oblige justement à bien réfléchir à sa composition et à ne conserver que l’essentiel. Et puis le piqué de cette gamme-là est exceptionnel.

Comme beaucoup de passionnés de photo qui voyagent, parfois la place manque dans la valise. Qu’as-tu déjà du enlever de ta valise au dernier moment pour laisser de la place au matos photo ?
Je voyage toujours extrêmement léger et mon matos photo pèse souvent plus lourd que mon autre sac. Mais c’est sûr que je n’hésite pas à enlever 1 ou 2 t-shirts pour ajouter un objectif supplémentaire 🙂

Quel est ton plus beau souvenir de voyage ?
Ah mais il n’y a que des questions dures ! J’approche maintenant des 50 pays traversés alors isoler un seul souvenir est un vrai défi. Je vais en donner deux, un souvenir photo et un souvenir voyage. Le premier c’était une rencontre avec un jeune balinais qui faisait du cerf-volant dans les rizières.

Il avait coincé son jouet dans un arbre donc je l’ai aidé à le récupérer et derrière il m’a offert une superbe séance de shooting en traversant les rizières dans tous les sens. J’ai sorti certaines de mes plus belles photos (à mes yeux) ce jour-là. Côté voyage, j’étais au Laos avec ma femme il y a quelques années et on avait acheté une pirogue à un pêcheur pour descendre une rivière sur 100km. On n’avait ni nourriture (enfin quelques bananes) ni endroit pour dormir et on s’arrêtait donc dans les villages le long de la rivière pour trouver un peu d’hospitalité.

Un soir le chef d’un village nous invite à dormir chez lui et au moment d’aller se coucher je le vois attraper mon guide de voyage et faire défiler une par une les images de son pays. On aurait dit un enfant qui découvrait le monde pour la première fois. J’ai réalisé que j’avais vu et traversé son pays bien davantage qu’il ne le ferait jamais … Il était juste éclairé par une bougie et il y avait une belle photo à faire mais c’était un moment à vire plutôt qu’à photographier.

Et inversement, ton plus gros raté ?
Au Pérou je me suis fait voler mon sac à dos dans une gare, quelques jours seulement avant de partir en expédition en Amazonie pendant 15 jours … Je n’avais plus rien, ni affaires, ni équipement, ni médicament contre le palu, rien ! Il me restait mon short et mon t-shirt du jour et heureusement mes papiers.

Sur le coup j’ai pris un gros coup de massue parce qu’au-delà du côté purement matériel le sac c’est comme sa maison pour un voyageur. Et là je n’avais plus de maison 🙂 Heureusement j’ai pu me rééquiper plus ou moins et partir en Amazonie.

Après toutes ces années de pratique, as-tu 2-3 astuces à donner à celles et ceux qui veulent réussir leurs photos de voyages ?
Je pense que cela dépend du type de photo qu’on souhaite faire en voyage. Si l’idée est de réaliser de belles images de paysages je crois que la préparation en amont est essentielle. Réfléchir aux images qu’on veut réaliser, vérifier la meilleure période pour se rendre sur place, s’inspirer du travail d’autres photographes, utiliser des applications pour aider à composer l’image, lister l’équipement qui sera utile sur place, etc …

En revanche si les photos de voyages qu’on souhaite sont plus orientées sur la photo de rue, le portrait, les scènes de vie alors là il faudra au contraire être très libre et ouvert dans son approche car on ne contrôle pas ce qui va se présenter à nous. Cela demande aussi d’être en pleine maîtrise de son appareil pour être réactif le moment venu.

Malgré la période compliquée pour les voyages en ce moment, quels sont tes projets pour les mois à venir ?
Il est vrai que la période n’est pas propice aux voyages et pourtant je reste persuadé que c’est ce dont notre société a besoin. Pouvoir s’évader et comprendre comment vivent les autres me semble essentiel. Côté projets j’ai mon voyage photo en Slovénie qui est prévu du 10 au 18 octobre ainsi qu’un beau workshop sur le Bassin d’Arcachon du 10 au 13 septembre.

Et si les conditions le permettent il y aussi 1 ou 2 autres voyages de repérages à mon programme d’ici début 2020, dans l’optique de développer de nouveaux séjours photo. Mais tout ceci reste encore un peu secret ! Sinon, j’animerai une web conférence sur la photo de voyage le 26 mai à 15h en direct sur la page Instagram de mon partenaire Graine de Photographe. Avis aux intéressés donc 😉

Liens vers mes réseaux :

Laisser un commentaire