Yanis OURABAH

Yanis Ourabah, 34 ans, Lyonnais et photographe à plein temps!

profile-Yanis-Ourabah-photographerPeux-tu parler un peu de ton parcours pour arriver au Yanis d’aujourd’hui  ?
La même année, début 2000, je mettais la main sur un vieux Canon AT-1 hérité de ma mère,  journaliste dans sa jeunesse, et sur mon 1er appareil numérique…à 1 million de pixels!
Passionné de sports extrêmes et pratiquant, je me suis naturellement tourné vers le skateboard et le freeski, puis vers le portrait, l’humain et l’événementiel. . Et maintenant, j’occupe mon temps entre reportages corporate, publicitaires, prestations diverses pour entreprises et particuliers et mes projets personnels! J’ai quitté mon ancien travail (cadre commercial) il y a 9 mois pour me consacrer pleinement à la photographie, et je n’ai aucun regret!

Yanis OURABAH

Aujourd’hui tu fais partie des « privilégiés » qui arrivent à vivre de la photo mais quel a été le déclencheur qui t’a fait prendre conscience que tout cela était « possible » ?
Pas de déclencheur à proprement parlé, mais 2 prises de conscience.

1 – Il y a encore une place pour les belles images dans notre société! Nous sommes entourés d’images, publicités, contenus visuels, il y a de la demande et des besoins.
2 – Tout le monde a un appareil photo, mais ne sait pas s’en servir!
Cela dit, je reste très prudent sur l’avenir, les choses vont très vite…

Yanis OURABAH

Qu’est ce qui caractérise ton style ? T’as des influences particulières ?
Mon style est assez naturel : peu de retouches ou de lumières artificielles, j’aime les prises de vues en extérieur, composer avec l’environnement et la lumière du moment. Mes influences et inspirations sont nombreuses…entre le travail des copains et ce qu’on peut voir sur Internet…

Quels sont tes compagnons de shooting ?
Pour l’instant, je ne travaille qu’avec un seul boitier : un Nikon D750 (plein format). Accompagné d’un 50mm 1.4, un 85mm 1.8, un 70-200 2.8 et un 18-35mm.
Puis des flashs, des réflecteurs, et une grosse torche mobile. J’aime les focales fixes et les grandes ouvertures.

Yanis OURABAH

Demain, tu n’as le droit qu’à un seul objectif. Lequel choisis-tu et pourquoi ?
Sans hésiter un 50mm f/1.4 ! Assez polyvalent, c’est ce qui me convient le mieux! Le bon compromis entre piqué, poids, encombrement et ouverture!

Quels logiciels utilises-tu pour le  post-traitement ?
Je ne pense pas être bien original…Lightroom et Photoshop!

As-tu en tête un « fail » qui aura été, avec du recul, un bel apprentissage ?
Pas un, mais beaucoup!! En fait, je me remets très souvent en question…les photos prises il y a 1 mois ne me conviennent déjà plus, je me demande sans cesse ce que j’aurai pu/du faire différemment, ce que je pourrais améliorer…

Yanis OURABAH

D’ailleurs si on laissait la parole à ton appareil. Que nous dirait-il sur toi ?
« Il est fidèle et prend bien soin de moi! » 😉

Tu souhaitais mettre en avant une série, commencée en 2013, autour de la danse dans la ville. Pourquoi avoir choisi ce thème ?
C’est une série qui représente tout ce que j’aime en photographie!
Des rencontres, des recherches, des opportunités… une jeune danseuse professionnelle me contacte il y a 4 ans, on commence à shooter en ville, puis plusieurs fois, et on se creuse la tête à la recherche de spots originaux dans notre ville de Lyon. Je ne connaissais rien à la danse, par contre, je connaissais la photo de sport et Lyon.
Et le principe est proche : prendre une photo au bon moment, avec la bonne lumière et composition, en essayant d’immortaliser la grâce et le style de la danseuse!

Yanis OURABAH

J’ai continué avec des danseuses/danseurs aux profils différents, en essayant d’avoir un regard original sur Lyon, et en jouant sur le contraste entre danse classique et milieu très urbain…Lyon est un superbe terrain de jeu pour ça!

Comment procèdes-tu lors de tes shootings ?
Une séance est un mélange d’improvisation et de recherches préalables : qu’est-ce que je veux faire, où, avec quel profil de personne etc…puis sur place, tout ne se passe pas comme prévu, et on part souvent dans d’autres directions. Chaque séance est une surprise! Je n’ai pas de mode opératoire écrit, ce serait trop lassant…

Yanis OURABAH

Quelles sont tes petites astuces pour mettre à l’aise les danseurs et arriver au résultat souhaité ?
Je suis assez naturel, et raconte beaucoup de bêtises 😉
Je montre de temps en temps quelques clichés pour rassurer, discuter de ce qui ne va pas, corriger… Ça aide à mettre à l’aise. Il faut avoir confiance en soi et savoir ce qu’on veut, c’est toujours mieux.

J’te laisse conclure et nous parler de ton actu et/ou tes projets à venir ?
L’été est chargé : mariages, reportages, préparation de séances pour des marques…mais aussi 3 semaines en pleine montagne! Bon été à tous!

Suivez l’actualité de Yanis sur :

website-icone facebook-plein Instagram-plein 500px-plein flickr

A voir également

1 Commentaire

  1. Salut cher Yanis. Tu es très pro. Je suis content que ça marche pour toi. Amitié du JeanJean.

Laisser un commentaire