Thierry DULAU

Je suis Thierry Dulau, graphiste & photographe à Agen. J’ai 32 ans, et je suis né à Mont-de-Marsan.

Peux-tu nous dire 2 mots sur ton parcours ?
Après des études commerciales, et un emploi salarié pendant plusieurs années en grande distribution, je me suis rendu compte que ce n’était vraiment pas fait pour moi.

J’ai alors lancé mon activité indépendante en tant que graphiste, passionné par l’image depuis toujours, après une formation en Imprimerie. La photographie est venue par la suite, au début pour m’aérer l’esprit, et maintenant comme activité complémentaire, qui s’impose comme une évidence.

belza

Tu es graphiste et photographe, comment conjugues-tu tes 2 activités ? Aujourd’hui, quelle part occupe la photographie ?
Mes 2 activités sont très complémentaires, et me permettent de proposer une prestation complète à mes clients, s’ils le désirent. Je peux travailler uniquement sur la communication graphique, ou la prise de vue, ou les deux en même temps, suivant la demande.

Par exemple, je travaille en tant que photographe, en ce moment, pour une agence immobilière, je travaille sur la conception d’un flyer pour un client sur Paris, et j’ai travaillé il y a quelques mois sur la plaquette d’une entreprise, pour laquelle j’ai donc réalisé la conception graphique, et les photos qui illustrent cette plaquette. Je m’adapte donc, suivant le brief du client.

belza-hb

La photographie occupe donc une part plus ou moins importante, suivant les mois. Par ailleurs, je travaille régulièrement sur deux séries photographiques, destinées à être exposées, dans un cadre artistique donc, que j’alimente au fur et à mesure, « Heure bleue » et « Pose longue ». L’Aquitaine est un terrain de jeu idéal pour m’exprimer sur ce sujet.

Comment qualifierais-tu ta « patte », ton style ? Des personnes t’ont influencé ?
Je pense que mon style est directement inspiré par le fait que je sois graphiste. Je n’envisage pas une photo sans retouche, sans passer par Photoshop…

beynac-hb

Je suis assez perfectionniste, et je travaille chaque détail, peu importe le temps que cela peut prendre. Je suis influencé je pense, en photographie, par le travail de photographes comme Antonio Gaudencio, Beboy et Elia Locardi, pour ne citer qu’eux. Ils soignent leurs images, prennent plusieurs expositions, retouchent …

Quel est ton matériel photo ?
J’ai un Tamron 17-50 f2,8, et un Canon 10-18mm et bien-sûr un trépied, et un filtre ND1000.

boats

Si tu ne devais garder qu’un seul objectif, quel serait-il ?
Le Tamron 17-50 f2,8 est très bien, très polyvalent. Il est lumineux, avec sa grande ouverture, et il cadre large. Je n’aime pas m’encombrer, et je ne suis pas du tout porté sur la matériel, donc l’idée d’avoir un seul objectif qui est polyvalent, me convient parfaitement.

J’ai juste acheté récemment le Canon 10-18mm, pour couvrir des prestations immobilières. Je peux faire avec mon Tamron, des poses longues, des heures bleues, du paysage, de l’architecture, du reportage et des portraits. Donc, c’est parfait.

moirax-hb

T’as des outils favoris pour le post-traitement ?
Je passe toujours mes photos sur Lightroom, pour un premier post-traitement assez rapide (réglages de base on va dire …), et je passe très vite sur Photoshop, pour donner le rendu artistique souhaité. Ainsi, je peux vraiment contrôler mon image, chaque zone, chaque détail …

As-tu en mémoire un « fail » mémorable depuis tes débuts dans la photo ?
Oh je pense qu’arriver sur les lieux, et se rendre compte que la carte mémoire est restée sur le bureau ou dans le slot du mac … c’est le top 1 du fail ! On peut aussi décliner, avec l’oubli du trépied … Même cumuler les deux !

nerac-hb

Peux-tu nous dire 2 mots sur ta série « Heure bleue » ?
C’est la série que j’expose, et que j’ai toujours plaisir à travailler. Je suis un fanatique de l’heure bleue. Quand j’ai découvert ce moment, en photo, j’ai eu vraiment un coup de cœur, cela me correspond totalement.
Se retrouver en soirée, avec mon trépied, attendre que les éclairages s’allument progressivement, ressentir le calme s’installer doucement.

Aucun autre moment en photo n’est comparable pour moi. Je pense cela me vient de mon enfance. Quand je partais avec mes parents balader dans les Pyrénées, on avait pour habitude de manger dans un restaurant, à la tombée de la nuit, je voyais au loin les lumières éclairer la vallée … on s’arrêtait dans un petit village, pour savourer un bon repas, après une excursion. Cela semble banal, mais nous n’avions pas beaucoup d’argent, cela représentait pour moi un moment de partage, de douceur, et de plénitude, avec mes parents.

saint-jean-hb

Inconsciemment, j’aime capturer aujourd’hui tous ces sites de ma belle région, pendant cette heure bleue. Cela se rattache à ce moment serein, les gens sont calmes, baladent main dans la main, observent juste les éléments, on n’entend que le bruit de la nature, des vagues, des cours d’eau … Les éclairages viennent réchauffer l’atmosphère. Je me sens bien.

Comment procèdes-tu pour shooter cette série ?
Souvent, je repère à l’avance sur internet les sites, je regarde des photos déjà prises, je me balade virtuellement avec google, j’essaie de trouver le meilleur point de vue possible. Un coup d’œil sur la météo et je pars sur le site. Une fois sur place, j’arrive à l’avance pour ne pas arriver en catastrophe au moment de l’heure bleue (cela m’est souvent arrivé au début) .

rock

Je me prépare, j’installe le trépied, et j’attends tranquillement que le soleil se couche. C’est souvent après le coucher de soleil que les gens partent. Et bien moi je reste … Il m’est arrivé d’attendre pour rien, car pour je ne sais quelle raison, ce soir-là, le site n’était pas éclairé, ou la météo m’a joué un sale tour au dernier moment. Mais peu importe, cela fait partie du jeu.

La plupart du temps, je ne suis pas déçu. Je photographie au début de l’heure bleue, et vers le milieu. A la fin, le ciel est trop sombre, et les éclairages polluent plus la scène qu’autre chose. Au début, il y a une jolie clarté, et les éclairages émettent une jolie lumière. Au milieu, c’est le ciel qui est le plus intéressant … Vive photoshop !

rocks

Tu as déjà exposé plusieurs fois cette série. Quelle a été ta démarche pour arriver à voir tes photos exposées ?
Et bien, je contacte directement les personnes concernées. Ma première expo était dans le cinéma d’art et essai d’Agen. Ce cinéma est vraiment superbe, je connaissais certains membres, et un espace est dédié à l’exposition, alors j’ai présenté mes photos, et ils ont dit oui.

La deuxième expo était à l’Office de tourisme d’Agen. Je me suis dit que cela pouvait les concerner, vu que j’essaie de mettre en valeur le patrimoine touristique, et ils ont accepté aussi. Je prépare ma troisième expo qui aura lieu dans quelques jours, dans un café associatif agenais, récemment installé. Après, je pense que c’est comme tout, il faut une première fois, et la confiance vient …

expomontreurs

Si on laissait  un peu la parole à ton appareil, que nous dirait-il sur toi ?
Je pense être un compagnon agréable, qui prend soin de lui, et qui n’hésite pas à l’amener voir de belles choses ! Mais des fois, je l’ai peut-être un peu speedé, sans doute encore pour ne pas rater cette fameuse heure bleue … En tout cas je n’ai rien à dire sur lui de négatif. C’est un reflex simple qui fait très bien son job.

stels

J’te laisse le mot de la fin pour nous parler de ton actualité et de tes projets?
Je suis indépendant, donc rien n’est prévu, tout n’est que surprise, je vis au jour le jour, et c’est ce que j’aime. Pour ce qui est prévu, dans quelques jours, c’est ma troisième expo, mais mon premier vernissage, et je dois dire que je suis un peu (beaucoup) stressé! Mais j’aurai grand plaisir à discuter de ma passion, et présenter mon travail.

Suivez l’actualité de Thierry sur :

website-iconefacebook-pleinTwitter-vide

A voir également

Laisser un commentaire