PIERGAB

Bonjour, je m’appelle Piergab, j’ai 30 ans et suis photographe professionnel depuis 4 ans.

profile-piergab-photographerQuel a été ton parcours pour arriver au Piergab d’aujourd’hui ?
Je suis devenu photographe un peu par hasard. Je ne me suis jamais vraiment dit « quand je serai grand, j’aimerais bien être photographe ».

Au départ, je voulais vivre de ma passion : la musique. J’ai porté à bout de bras pendant une bonne dizaine d’année mon projet musical et mes chansons, sans succès (jusque-là héhé). Et pendant ce temps, il a bien fallu bouffer. Je faisais un peu de photo en amateur. J’ai dépanné un copain un jour qui avait besoin de photos. Puis un deuxième, et un troisième. Le bouche à oreille a fait le reste, et sans trop m’en rendre compte, j’étais devenu photographe …

Aujourd’hui, je ne fais plus de musique, mais du portrait, à temps plein, et le pire c’est que j’adore ça !

PIERGAB

Tu as donc depuis quelques années la « chance » de vivre de ta passion. Y-a-t-il eu un élément déclencheur qui t’a fait prendre conscience que vivre de la photo était « possible » * ?
Mon premier plan payé était assez improbable. Un copain qui bosse en maison de disque m’a appelé pour me dire qu’il cherchait un photographe un peu dans l’urgence pour faire quelques photos backstages du tournage d’un clip pour envoyer à la presse en attendant que celui ci soit monté.

J’acceptais bien volontiers, et me retrouvais en studio à faire des photos de Sean Paul ! Sa maison de disque m’a ensuite rappelé pour d’autres missions, et c’est comme ça que j’ai compris que vivre de la photo était possible.

PIERGAB | karen

Si tu devais décrire ta « patte », quels mots tu utiliserais ? T’as des influences particulières ?
Dans le portrait, ma démarche est de tendre au max vers l’authenticité. Je ne travaille qu’en lumière naturelle, dans des décors naturels (le plus souvent chez mes clients), sans maquillage ou artifices, et ma retouche des photos est la plus légère possible.

Je suis également assez attaché à la couleur plutôt qu’au noir et blanc, avec un traitement pas trop contrasté.

Je dirais donc que ma « patte » pourrait se résumer en trois mots : couleur, douceur et authenticité.

PIERGAB | Alisa

Niveau matos, quels sont tes « armes » ?
Niveau matos, je ne fais pas vraiment dans l’originalité. Je prends la quasi intégralité de mes photos avec un 50mm f/1,4, monté sur un 5D Mark II…
J’ai aussi depuis peu un 35mm f/1,4 et un 85mm f/1,8, qui me servent plus lorsque je fais du reportage.

Si tu devais ne garder qu’un seul objectif, lequel serait « l’élu » ? Pourquoi ?
L’élu serait le 50mm évidemment. Sa longueur focale et son bokeh me satisfont pleinement (je ne shoote quasiment exclusivement qu’à pleine ouverture).

PIERGAB | Solange Smith

Des outils favoris pour le post-traitement ?
Idem, pour le traitement, rien de très original. Je travaille les couleurs et contrastes sur lightroom, et la retouche localisée sur photoshop.

As-tu en tête un « fail » mémorable depuis que tu fais de la photo ?
Mon plus gros fail, et plus gros regret de prestation, m’est arrivé à la suite d’un mariage.
J’avais été contacté par une de mes anciennes amies de chez EMI, maison de disque avec laquelle j’avais signé à mon époque musicien. Elle me demandait si je pouvais être le photographe de son mariage.

PIERGAB | la salle de bain

C’était un week-end magique, tout était au top, j’étais vraiment content de mes images et j’avais hâte de les traiter pour les envoyer aux mariés. Et puis, ce qui arrive forcément dans la vie d’un photographe me tomba dessus : une de mes cartes mémoire a cramé.

J’ai eu beau l’apporter à la clinique des données, rien n’y a fait, j’avais perdu un bon tiers des photos. Heureusement c’était ma deuxième carte, et j’avais au moins dans l’autre les préparatifs, les deux cérémonies et la séance de couple, mais il me manquait le cocktail, les photos de familles et de témoins, et le dîner et soirée dansante.

La loose. Encore aujourd’hui j’ai honte pour les mariés, même s’ils ont été très sympas et compréhensifs avec moi.

Sans aucun doute mon plus gros regret photographique.

Laquelle de tes photos est liée à l’histoire la plus insolite ?
Ma première séance avec Sean Paul restera évidement un moment insolite, même si j’ai pu shooter d’autres célébrités depuis.

PIERGAB | l'indienne

Tu es spécialisé (notamment) dans le portrait avec cette volonté de privilégier « l’authenticité » et le naturel.
As-tu des astuces pour mettre à l’aise ceux qui se retrouvent devant ton objectif 
?
Le truc évident dans le portrait, c’est le dialogue. Pendant la séance, on discute plus qu’on ne prend des photos. Je fais le con tout le temps, escalade tout ce que je peux escalader pour avoir des points de vue improbables, je pose pleins de questions … La base du boulot de portraitiste, j’imagine. C’est d’ailleurs ça qui me botte autant que l’image : les rencontres qu’elles génèrent.

PIERGAB | aude jane

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux amoureux de la photo qui voudraient s’orienter vers le portrait (parfois intimiste) mais qui n’osent pas forcément ? Cette démarche a-t-elle été naturelle pour toi ?
Dès que j’ai eu mon premier boîtier entre les mains, j’ai photographié les gens. Toujours proche d’eux, jamais de façon volée, de loin, au téléobjectif. Sans doute parce que c’est l’échange avant tout qui me plait.

Assez rapidement, j’ai découvert le bonheur de photographier des gens qui aiment autant que moi l’image et la beauté, que l’exercice amuse, et qui savent même proposer des choses.

La photo de mannequins, c’est le kiff ultime, parce que tout est réuni pour un résultat au service du beau : une personne photogénique, à l’aise avec l’objectif, qui pose bien, et le plus souvent on est dans un décor qui fonctionne bien, avec le temps de faire les choses correctement.

PIERGAB

Fatalement, à l’arrivée, on est content du résultat. Et pendant ce temps-là, on fait une chouette rencontre ! Le conseil que je donnerais à ceux qui veulent se diriger vers ce genre de portrait, c’est de s’entraîner sur les copains, de se constituer une bonne base de photos à présenter, puis de contacter des modèles directement sur les réseaux sociaux.

S’il y aura une majorité de messages sans réponse, dans le lot, vous tomberez bien sur un modèle qui a besoin de photos pour son book et qui acceptera de tenter l’expérience avec vous !

Avant de conclure, donnons un peu la parole à ton appareil… Que nous confierait-il (d’avouable… 🙂 ) sur toi ?
Il vous confierait sans doute que je suis un peu ingrat avec lui. Lui qui me procure tant de satisfaction, de kiff et qui me fait bouffer, on peut pas dire que je le bichonne beaucoup. Il est tombé tellement de fois, est rayé de partout, cabossé, il lui manque des éléments … Et pourtant, il fonctionne toujours à merveille !

PIERGAB | josephine

J’te laisse le mot de la fin, parle nous de ton actu et des projets à venir.
Euh bah tout d’abord merci de ton intérêt et de m’avoir donné la parole ! J’espère que mon histoire mais surtout mes images plairont à certains d’entre vous, et qu’elles vous donneront envie de revenir faire un tour sur mon site à l’occasion.

Au niveau de mon actu photo, j’ai beaucoup de projet un peu plus ambitieux à venir, avec une chouette équipe, dans un genre plutôt onirique. Stay tuned !

 

Suivez l’actualité de Piergab sur :

website-iconefacebook-pleininstagram-new500px-plein

A voir également

Laisser un commentaire