Noisy Kid

Mon nom d´artiste est Noisy Kid et je n´utilise que celui-ci. J´ai l´âge de raison et j´ai 2 boulots. Le 1er est celui d´un employé dans une administration, le second est celui d´artiste photographe que j´exerce en tant que professionnel passionné. Je suis belge, plus particulièrement de Bruxelles.

Pourquoi Noisy Kid ? Je suis un grand amateur de rock´n´roll et de Punk Rock, j´ai fait de la guitare dans un groupe et Noisy Kid est un surnom que je m´étais donné à l´époque. J´ai gardé Noisy car on retrouve cette notion du bruit en photographie, j´ai maintenu Kid pour avoir vu une photo de Billy The Kid datant de 1880 que j´avais apprécié.

Depuis combien de temps as-tu contracté le virus « photo » ?
Presque 6 ans. J´ai débuté en 2012.

Y a-t-il un ou plusieurs photographes en particulier qui t’a/ont marqué depuis que tu t’intéresses à la photo ?
Stanley Kubrick, Robert Doisneau, Lee Friedlander, Walker Evans

Si aujourd’hui tu devais qualifier ton style, comment le décrirais-tu ?
Je suis un Street Photographer, j´aime photographier les êtres humains et les paysages urbains. J´adore réaliser des portraits

Avec quel(s) matériel(s) shootes-tu ?
Un Nikon D750 et un zoom 24-70 mm f2.8 Nikon la plupart du temps. Je viens d´acquérir un Sigma 85mm f1.4 DG HSM ART, idéal pour le portrait en studio mais j´ai dans l´idée de l´utiliser en rue et ce toujours pour du portrait. Pour info, j´achète mon matériel petit à petit en optant toujours pour la qualité. J´ai débuté avec un Nikon D7000.

J´ai aussi depuis quelques temps le Sigma 35mm f1.4 DG HSM ART, très très bien pour la street mais pour faire du portrait de rue, il ne faut pas être timide, là, on est pratiquement assis sur les genoux de son modèle,…mais quel objectif fantastique pour justement faire du portrait quand on se trouve entre f1.4 et f2.8.

Des logiciels favoris pour le post-traitement ?
Lightroom pour le développement, Photoshop pour d´éventuelles retouches.

Tu as fait de la photo de rue une de tes spécialités. Pourquoi t’être orienté vers ce style ?
J´ai le contact facile, c´est venu tout seul. J´aime les ambiances de rue. Il m´arrive parfois de photographier la misère mais je préfère les sourires et les banalités de la vie.

Concernant la misère, je n´ai pas à la photographier pour en prendre conscience et je ne me sens pas obligé de la photographier pour que le monde en prenne conscience.

La photo de rue est un art parfois compliqué car il faut voir sans se faire voir pour capter au mieux certains instants. Comment procède-tu lors de tes sorties ?
Avec mon 24-70 mm, je ne sais pas me cacher, quand je shoote, on me voit pratiquement à chaque fois. J´écris pratiquement parce que mes « modèles » sont parfois distraits ou face à leur smartphone.

J´évite de photographier les enfants si je n´ai pas l´accord des parents. Notre époque n´est pas celles des pionniers de la photographie où l´on ne parlait pas à tout bout de champ de droit à l´image

As-tu quelques astuces pour être le plus discret possible ?
Je ne cherche pas à être discret. Je suis parfois patient mais jamais discret.
Une connaissance m´a un jour décrit comme étant un photographe frontal.

C´est ce que je suis, elle a vu juste. Je cherche le contact et même quand je ne le cherche pas spécialement je l´obtiens.

Si on observe bien ma manière de cadrer, le mot frontal utilisé colle aussi, on voit que je fais face. J´ai personnellement l´impression que l´on sent réellement ce point de vue dans mes images. Lors de chacune de mes prises de vue, je m´efforce aussi toujours à cibler de manière à ne pas devoir recadrer mes images dans mes logiciels, même si ne conserver qu´une seule petite partie de l´image initiale peut arriver.

Je considère en effet que chacun de mes 24 millions de pixels à son importance et qu´en perdre un est une catastrophe. Avant de cliquer, je regarde donc attentivement ce qui se passe dans mon viseur. Ça doit avant tout me plaire et ça peut se limiter à n´être que décoratif. Je ne cherche pas absolument à ce que mes photos racontent quelque chose.

Lors de tes sorties, as-tu connu un fait mémorable ?
J´ai un jour organisé un rallye bourré d´épreuves pour un club photo.

L´une de celles-ci était de photographier soit un maître et son animal de compagnie, soit une femme en train de renverser une bouteille d´eau sur la tête de son mari ou petit copain.

Le participant au rallye qui optait pour la seconde proposition devait imposer sa volonté en clamant +/- ce texte :

« Madame, je suis certain que, cette année, votre mari vous en a fait voir de toutes les couleurs, je vais donc vous donner la possibilité de vous venger maintenant en vous permettant de renverser sur sa tête une petite bouteille d´eau que j´ai emporté avec moi »

Finalement, je suis le seul à avoir pu accomplir cette acte de bravoure,…et à ma première tentative (vois la photo jointe).

La photo n´est pas parfaite, tout le monde a bougé et j´ai même peut-être fait la mise au point au mauvais endroit mais elle a sa petite histoire

Tu fais également pas mal de portrait dans la rue, comment aborde-tu les inconnus pour les prendre en photo ?
Je vais vers eux, je leur parle, je leur fait un clin d´œil en inclinant mon appareil de haut en bas tout en riant. Des photographes me disent parfois qu´ils ne pourraient pas faire ce que je fais, je leur réponds alors que je ne suis pas capable de tout faire non plus.

Si j´ai facile avec les humains, je ne pourrais par exemple pas rester 4 heures dans un buisson, déguisé en chasseur, à attendre qu´un hibou des marais ou un sanglier me fasse un sourire.

Quelle a été ta plus belle rencontre que la photo t’ait permise de faire depuis tes débuts ?
La plus belle c´est difficile à dire. Disons que je suis content quand je parviens à refiler le virus de la photographie à quelqu´un, à une personne qui suit un de mes cours par exemple.

Il m´est plus facile de te parler de la plus touchante.

J´ai un jour croisé une vieille dame à l´arrêt du tram et je lui ai demandé si je pouvais faire son portrait.
Elle m´a répondu : « Ce n´est pas trop le moment Mr, je viens juste d´enterrer mon mari. Je sors à l´instant du cimetière ». Elle réfléchit 2 minutes et me dit: «Faites,…faites votre photo tout de même »
Elle est restée très digne, fière, pour au final laisser apparaître un léger sourire

Je te laisse le mot de la fin pour nous parler de ton actualité ?
Travailler un peu plus en studio (matos: torches Elinchrom 2x ELC 500), booster d´une manière générale mes activités photo et vendre mes photographies online (là, j´ai des choix à faire. J´ai contacté une boîte professionnelle belge (un labo) dernièrement,…elle m´a demandé d´être un peu patient). Quand je parle de vendre des photographies, je pense vendre des tirages de qualité, pas des fichiers.

Travailler avec le milieu du design et de la déco est aussi un de mes buts.

Je trouve qu´une photo en noir et blanc de grande taille améliore toujours la décoration d´un bureau, d´une chambre ou d´un salon.

Une exposition ? J´y pense doucement

Suivez l’actualité de Noisy Kid sur :

 

A voir également

One Reply to “Noisy Kid”

  1. Les photos sont superbes ! 🙂
    Click-photographe

Laisser un commentaire