Jérôme MOUTRILLE

J’ai 47 ans, j’habite dans un petit village de quelques centaines d’habitants dans l’Est de la France, en Lorraine. J’exerce la profession d’Audiologiste pour un service étatique au Grand Duché de Luxembourg.

Peux-tu nous dire 2/3 mots sur ton parcours « photographique » ?
J’ai toujours été attiré par la nature, et ce depuis l’enfance, notamment par le biais d’oncles garde forestiers qui m’ont sensibilisé assez tôt à la richesse de la faune et de la flore en Lorraine.

La photographie de nature est donc venue tout naturellement, sporadiquement à mes débuts pour devenir petit à petit une véritable passion.

Comment qualifierais-tu ta « patte », ton style ? Quels sont les photographes qui te font ou t’ont fait vibrer ?
Je ne pense pas avoir de style particulier. J’essaie de retranscrire le plus simplement possible par mes photographies les moments que j’ai pu observer et ce,  sans « fioritures » ni « artifices ».

J’admire le travail de beaucoup d’autres photographes animaliers, la liste serait trop longue à énumérer ici, cependant, j’éprouve un immense respect pour les gens qui s’investissent et s’engagent pour la cause animale.

A cet égard, je voudrais mentionner le combat mené actuellement par la famille Bracard, Didier et Teddy, afin d’essayer dans un premier temps de contrecarrer l’arrêté préfectoral qui permettra d’ici peu d’autoriser les tirs de nuit sur le renard, ce qui n’aura d’autre effet qu’une destruction massive de l’espèce et dans un second temps de le sortir de la liste des nuisibles.

Il est grand temps de rendre au renard le statut qu’il mérite…Didier et Teddy, je tiens à vous en remercier ici, et vous souhaite le succès dans votre  noble démarche.

Loisir, source de revenu ou les deux pour toi aujourd’hui la photo ?
Comme je le mentionnais précédemment, la photographie est une passion. Il m’arrive de vendre quelques tirages, par le biais de mon site internet, mais à dire vrai, c’est plutôt rare et ça me convient parfaitement. Je n’ai pas vraiment la fibre commerciale et préfère éviter de rentrer dans tous les aspects mercantiles aléatoires. Je fais mes photos, d’abord pour moi et c’est très bien ainsi !

Niveau matériel, avec quoi shootes-tu ?
Au niveau matériel, j’utilise uniquement du matériel Canon, qui me donne entière satisfaction. Une panoplie d’objectifs du grand angle au téléobjectif couvrant du 16 au 500mm.

Parmi tes objectifs, lequel a ta préférence et pourquoi ?
Parmi  tous ces objectifs, le 500mm garde ma préférence, tout simplement car c’est celui que j’utilise certainement le plus souvent. Il me permet de garder une distance respectable avec mes sujets sans les déranger et je trouve que le piqué obtenu est superlatif.

Des outils favoris pour le post traitement ?
Toutes mes prises de vue sont faites en RAW.J’utilise le plus souvent le programme fourni par Canon, à savoir  DPP.

Depuis quelques années je me suis mis également à la photo de paysage et je dois avouer que Lightroom apporte des perspectives des plus intéressantes, même si ce programme est une véritable usine à gaz pour les non-initiés, mais avec un peu d’apprentissage il devient assez vite indispensable

Donc DPP pour la faune et la flore et Lightroom pour les paysages.

Depuis tes débuts, quel a été ton plus gros fail ?
Une énorme désillusion ce jour de l’été 2012 ou je me suis fait volé mon sac photo dans un train, j’ai tout perdu en l’espace de quelques secondes… le drame !

Tu as fait de la photo nature ta spécialité. Cet exercice est très particulier et nécessite parfois beaucoup de patience… Quel est ton mode de fonctionnement lorsque tu pars à la « chasse » aux animaux sauvages ?
La photographie d’animaux sauvages et effectivement une discipline assez difficile, parfois même ingrate. Le ratio photos/temps passé sur le terrain est assez faible et en tout cas pour moi chaque sortie ne se solde pas obligatoirement par des prises de vue.

Il y a un adage qui dit « on photographie mieux ce que l’on connait le mieux », on n’est pas loin de la vérité ! J’ai l’immense privilège d’habiter en pleine campagne et je connais parfaitement mon secteur pour y avoir passé des heures et des heures d’observation.

Lors de mes sorties je pars le plus souvent à pied de mon domicile et me poste de nuit dans des endroits que je qualifierai de stratégique, là où la probabilité de rencontrer des animaux sauvages est la plus grande. ..parfois la chance veut bien sourire !
J’utilise surtout mes affûts fixes disséminés un peu partout autour de chez moi, parfois la billebaude également.

De quoi est composé ton sac à dos lors de tes sorties ?
Lors de mes sorties photos, lorsque je pars de chez moi,  je ne prends que le strict minimum, seulement le matériel dont j’aurai besoin, ça se limite la plupart du temps à un seul objectif.

Par contre lorsque je pars en voyage, le sac photo est beaucoup plus conséquent, il n’est pas rare de devoir de transporter plus de 20Kgs de matériel avec toujours une petite pointe de stress lors du passage aux contrôles des bagages et toutes les restrictions qui y sont liées !

La rencontre avec la faune amène à de nombreux imprévus. Quelle a été ta plus belle rencontre ?
La photographie de nature peut parfois amener à de nombreux imprévus…J’ai encore en mémoire le jour ou, à deux pas de mon domicile, j’ai rencontré un renard parti à la chasse aux mulots.

Il en attrapera un à dix mètres à peine de mon affût, pour la petite histoire il finira quasi dans mon pare soleil…Son petit jeu aura duré plus d’un ¼ d’heure !

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux photographes qui veulent partir à la rencontre du monde sauvage ? Il a a-t-il des astuces pour « optimiser » les chances de rencontre ?
La photographie du monde sauvage, est l’école de la patience. Il ne faut pas hésiter à passer du temps sur le terrain, à observer, essayer de comprendre le mode de fonctionnement  des animaux.

Ne pas hésiter à multiplier les sorties, et surtout ne pas attendre à  avoir des résultats immédiatement !

Tu dois passer de long moment avec ton appareil avant de voir le sujet souhaité…. que nous dirait-il sur toi si on lui laissait la parole ?
Mais il est fou ce mec !

Un dernier mot sur ton actualité et tes projets à venir ?
L’actualité est bien remplie ces derniers temps.

Au niveau personnel j’ai eu l’immense satisfaction d’avoir une photo primée d’un arrêt sur image au concours international de Montier en Der.

J’ai également une ou deux expositions prévues au printemps prochain dans ma région.

Je suis également en train de préparer une autre expo sur le renard. J’y intégrerai d’autres photographes car le projet est d’envergure, je suis actuellement en train d’étudier sa faisabilité ainsi que les modalités pour que ce projet arrive à terme !

Et également un voyage en solo l’hiver prochain dans la taïga Finlandaise.

Suivez l’actualité de Jérôme sur :

website-iconefacebook-plein

A voir également

One Reply to “Jérôme MOUTRILLE”

  1. SUPERBE SITE , grande maîtrise ! chapeau bas !!

Laisser un commentaire