Jérémy MAY

Jeremy May, bientôt 34 ans et heureux papa d’un petit troll de 3 ans. Je suis originaire de Lorraine, mais j’ai pas mal voyagé aux quatre coins de la France. Aujourd’hui je dirige une agence web et je suis installé en Alsace.

profile-jeremy-may-photographerPeux-tu nous dire quelques mots sur ton cheminement jusqu’à cette rencontre avec la photo ? Quel élément t’a fait prendre conscience que tes photos pouvaient intéresser le plus grand nombre ?
Je pense que tout est venu de ma passion pour la nature, les grands espaces et la montagne. Je ne compte pas les heures passées à marcher en forêt avec mon grand-père.

Ensuite j’ai toujours aimé l’image, la construire, dessiner, peindre… Cela fait maintenant 2 ans et demi que je pars randonner ou déambuler plus ou moins longtemps dans le massif des Vosges. Après quelques sorties, j’ai pris mon reflex avec moi et je me suis pris au jeu de la photographie. Au départ  je n’avais aucune autre idée en tête que de faire quelques images pour moi, figer quelques souvenirs. Mais très vite j’ai compris la magie qu’il y avait dans ce petit bout de plastique, il faut cadrer donc choisir, s’ouvrir, imaginer, j’aime dire que la photographie m’apprend à voir.

jeremymay-selectiondoml-16

C’est au bout d’un an, en discutant avec des amis photographes (merci à eux), que je me suis décidé à partager mes images, d’abord avec eux et en suite sur Facebook. Je crois que c’est en confrontant son travail au regard des autres qu’on peut apprendre.

Comment qualifierais-tu ton style ? Des photographes t’ont-ils influencé ?
Hmm… Pas simple, certaines images sont minimales et montrent la nature simplement et d’autres sont plus picturales, on est dans deux mondes. Je ne dirai pas qu’ils s’opposent mais j’aime les faire cohabiter. J’aime le travail de série, le travail d’auteur. Disons que je le cherche encore… Et je ne suis pas bien sûr de vouloir le trouver. La seule chose que j’ai apprise, c’est le public qui me l’a apportée.

Souvent on me dit que mes images sont proches  d’une peinture, elle est peut-être là la clé puisque je faisais de la peinture bien avant la photographie.

jeremymay-selectiondoml-18

Ceux qui m’inspirent sont plutôt issus des «  Arts »  en général, tout d’abord les peintres, Zao Wu ki, Soulage, Monet, Alexandre Calame et Knud Andreassen Baade. Zaha Hadid en architecture et enfin chez les photographes, il y a évidemment Vincent Munier mais aussi Shinzo Maeda, Guillaume Billy, Salgado, Jean Turco (pour la photographie de portrait, un autre domaine qui m’intéresse de plus en plus).

Bref, la photographie, nous oblige à choisir, à renoncer, et elle est là avec toute sa force. Je pense que c’est avec des contraintes que l’acte créatif peut naître. En tout cas la photographie nous oblige à réfléchir au sens que l’on veut donner à l’image, au message que l’on veut transmettre. J’aime faire les images à la volée, piocher à droite, à gauche, ce qu’il m’est donné à voir.  Ce que j’aime par-dessus tout c’est lorsque quelqu’un me dit « C’est incroyable, je suis allé cent fois à cet endroit et je ne me suis jamais rendu compte…, Je n’ai pas vu… » À ce moment-là, je me dis que j’ai réussi.

Loisir ou source de revenu pour toi aujourd’hui la photo ?
Loisir et c’est très, très, très loin d’être une source de revenus. Je pense que ce n’est même pas un objectif pour moi, je prends juste du plaisir à partager ma passion et c’est tout ce qui compte.

Jérémy MAY

Quel est ton équipement photo ?
Mon boitier un D610 chez Nikon, dont je suis très content,il est solide et ça compte beaucoup pour moi. Ensuite j’ai un 24-70mm 2.8 toujours chez Nikon, le 150-600mm de chez Tamron et un 85mm pour le portrait et les photos perso.

Il me manque peut-être un 70-200mm et j’avoue que le 14mm de chez Samyang me fait de l’oeil (je dis ça si jamais il y une âme charitable qui passe par là).

jeremymay-selectiondoml-12

La question qui fâche : Si tu ne devais garder qu’un seul objectif, lequel et pourquoi ?
Facile, le 150-600mm ! Si on m’avait posé la question il y a encore deux semaines j’aurais dis le 85mm sans hésiter mais lors de ma dernière expo je me suis rendu compte que 80% des images ont été réalisées  au téléobjectif, paysage compris. Donc c’est qu’il doit bien me convenir.

Des outils favoris pour le post traitement ?
Lightroom, je fais 90% du boulot avec. Ça va vite, on peut classer rapidement ses images et surtout pas besoin de dupliquer sans arrêt ses images. Je connais très bien photoshop mais il a tendance à bien allonger le temps de post traitement.

jeremymay-selectiondoml-2

Au cours de tes années photos, as-tu en tête un « fail » mémorable ?
J’ai beau réfléchir, je ne trouve pas d’anecdote un peu marrante. Bien sûr, je me suis déjà pas mal ramassé à essayer de trouver des cadrages… qui n’existent pas, j’ai même trébuché sur une vache une fois. (ma frontale éprouve un malin plaisir à éclairer l’intérieur de ma poche et la nuit tombé, terminé il n’y a plus de lumière)

jeremymay-selectiondoml-1

La montagne et la nature peuvent réserver quelques surprises (bonnes ou mauvaises). Comment prépares-tu tes sorties photo? Qu’emmènes-tu avec toi ?
Je guette la météo toute la semaine pour préparer ma sortie du week-end. Ensuite je prends les choses basiques pour une sortie en montagne : carte IGN, couverture de survie, un peu de chocolat et le matos photo avec pas mal de chiffons microfibre (c’est que j’ai trouvé de mieux pour lutter contre la pluie).

L’hiver, j’ajoute mes raquettes et/ou des crampons ! Rien de bien incroyable, l’essentiel c’est de bien connaitre le terrain. L’hiver si les conditions sont dures, je reste sur des zones que je pratique tout le reste de l’année.
Ah ! Et j’ai oublié, il y a aussi ma fameuse frontale.

jeremymay-selectiondoml-3

Avec l’expérience, as-tu des astuces pour éviter les désagréments de la météo et protéger au mieux ton matos photo et toi-même ?
Franchement, je cherche encore. Pour ma protection, je fonctionne par couche plus ou moins épaisses selon les saisons. Le souci c’est que montagne et photo font un drôle de mariage, il faut être à l’aise lors des montées (transpirer le moins possible) et pouvoir rester immobile dans la neige sans prendre froid. Pas de miracle, il faut rester au sec le plus longtemps possible ou investir dans de l’Actifed !

En ce qui concerne le matos, là, c’est simple, je ne le protège pas ! Au début j’ai essayé les housses ou les allers-retours dans le sac, mais en fait à ce compte-là on ne fait plus de photos. En tout cas pas comme j’aime faire les images.

jeremymay-selectiondoml-5

On peut voir sur tes photos que tu fais parfois de belles rencontres pendant tes sorties. Quel est, selon toi, le meilleur moment de la journée et/ou de l’année pour avoir une expérience « pleine » de la montagne (lumière, atmosphère, faune…) ?
Je préviens, je ne vais pas être objectif ! Sans aucun doute l’automne et l’hiver, d’abord les couleurs explosent, les brumes s’installent et pour finir l’hiver vient métamorphoser le paysage. Si on ajoute à cela les lumières de l’aube et de l’aurore tout devient magique !

J’aime aussi le mauvais temps, lorsque les crêtes vosgiennes se transforment en paysage lunaire, l’inspiration peut venir du moindre détail.

jeremymay-selectiondoml-7

Vous passez beaucoup de temps ensemble et il ne dit jamais rien. Mais si on donnait la parole à ton appareil, que nous dirait-il sur toi ?
Put…n il fait froid, il ne pourrait pas sortir l’été quand il fait beau ! Il me maudirait!

Je te laisse le mot de la fin pour nous parler de ton actu et notamment de ta participation au 7ème Salon de la photographie de Nature à Barr (67) qui avait lieu du 23 au 25 Septembre 2016 ?
Le Salon de Barr est terminé, mais c’est toujours un plaisir incroyable d’être au contact du public et de pouvoir «  raconter son image ». Ensuite il y a les bons moments avec les autres photographes, c’est super enrichissant !

Bref tout ça pour dire que les organisateurs (Sébastien Riotto, Jérémy Lichte,..) font un boulot de dingue !

jeremymay-selectiondoml-14

Ensuite, j’exposerai début novembre dans la proche banlieue de Strasbourg (la Wantzenau) pas très loin de chez moi. Après ça, fini pour 2016, et pour 2017 je ne sais pas, pour le moment pas grand-chose. Il faut que je m’organise pour postuler dans quelques festivals, on verra…

J’ai surtout besoin de faire de nouvelles images, j’ai quelques idées, quelques envies, maintenant il faut sortir, sortir et sortir !

 

Suivez l’actualité de Jérémy sur :

website-iconefacebook-pleininstagram-new

 

A voir également

Laisser un commentaire