Allan L’HÉRITIER

Né à Chambéry, capitale de la Savoie, j’ai passé toute mon enfance au cœur des montagnes, dans le Parc Naturel Régional de Chartreuse. Aujourd’hui à 26 ans j’habite toujours dans ce magnifique coin des Alpes. Je n’ai pas de boulot fixe seulement des petits boulots à droite à gauche afin de pouvoir garder ma liberté de voyager.

profile-allan-lheritierAvant d’être photographe, tu es avant tout un grand voyageur. Mais quel a été l’élément déclencheur de cet intérêt plus poussé pour la photo ?
Lors de mon tout premier voyage il y a maintenant 6 ans, en Australie, où je suis resté sept mois et demi avec une petite escale en Indonésie d’un mois. C’est pendant cette première aventure que ma passion pour la photo est née. Plus précisément à la fin, les deux derniers mois, après avoir fait du covoiturage avec deux autres voyageurs info-graphistes.

L’un d’eux était équipé d’un reflex, il m’a montré donc deux/trois trucs et cela m’a énormément intéressé. Il m’a montré aussi les possibilités du traitement d’image très brièvement. Quelque chose était née au fond de moi ces semaines là… De retour en France j’ai racheté un nouveau compact, puis un bridge, puis un hybride etc… Voilà une passion était née !

Allan L'HÉRITIER | dyrjoll sunset

Comment qualifierais-tu ta « patte » ? T’as des influences particulières ?
Il est dur de parler de patte en photo car je pense que tout photographe ne se rend pas compte qu’il en a une, je fais simplement ce qui me plaît ! J’ai parlé de ça récemment avec Yann Calonne alias YANK, que t’as précédemment interviewé, et il disait qu’il reconnaissait systématiquement mes photos, qu’il y avait quelque chose, que c’était « Allanesque » comme il m’a dit. Donc j’ai peut-être bien une « patte »… Tout ce que je sais c’est que je vise le juste milieu entre une photo naturelle et artistique à la fois, tout en gardant une touche de douceur. Voilà mon objectif.

Mes influences,  surtout à mes débuts, étaient des photographes français comme Xavier Jamonet ou Alexandre Deschaumes. Puis une fois arrivé dans ce milieu j’ai rencontré beaucoup d’autres talentueux photographes dont j’apprécie énormément le travail comme David Bouscarle, Clément Coudeyre ou encore Yann Calone.

J’aime aussi énormément le travail de quelques photographes étrangers comme Enrico Fossati, Ted Gore ou Alex Noriega, ils sont une grande source d’inspiration pour moi.

Allan L'HÉRITIER | el cigarillo

La photo pour toi aujourd’hui, loisir ou source de revenu ?
Pour le moment plus un loisir même si parfois il m’arrive de vendre un tirage d’art dans le cadre de mon statue d’Auteur-Photographe, mais j’ai quelques projets en cours afin de peut-être un jour en vivre totalement.

Quel est ton équipement photo ?
J’ai commencé mes voyages avec un compact en Australie puis je me suis acheté un bridge Panasonic pour mon voyage de deux mois au États-Unis en 2012. Mais je suis très vite arrivé à ses limites pour enfin passer sur un vrai capteur qui était sur un petit Sony Nex 6 accompagné d’un 18-200, d’un 19mm et un 50mm.

C’est avec ce dernier que je suis parti 6 mois en Amérique du Sud, partant de l’Équateur jusqu’en Patagonie en passant par le Pérou, la Bolivie, le Chili et l’Argentine.

Allan L'HÉRITIER | far away

Enfin depuis maintenant 2 ans j’ai opté pour un Sony Alpha 7R, appareil plein format délivrant de très belles images tout en restant compact et poids plume pour voyager. Il est accompagné par un Sony Zeiss  16-35 f4, un Sony G 70-200 f4, un Sony Zeiss 55 f1.8, un Sony G 90 f2.8, un Zeiss Batis 25 f2, n’utilisant que très peu ces deux derniers (je les ai d’ailleurs mis en vente).

Si tu ne devais garder qu’un seul objectif, quel serait ton choix et pourquoi ?
Je pense que je garderais mon 16-35 appréciant énormément les photos au grand angle avec premier plan. J’aime aussi beaucoup mon 55mm car il a un piqué diabolique et ce jusqu’aux bords 😉

Allan L'HÉRITIER | full-moon

Des outils favoris pour le post traitement ?
J’ai débuté avec Lightroom et suis resté pas mal de temps dessus. Depuis maintenant un an environ j’ai commencé a utilisé Photoshop qui me permet de faire des choses plus précises et des effets que je ne pourrais faire sur Lightroom.

En général j’utilise les deux, en premier Lightroom pour faire la base et ensuite Photoshop pour le reste.

Je ne suis vraiment satisfait de mon post traitement que depuis peu, je dirais depuis 1 ans et encore cela dépend de la photo. Mais c’est une des choses qui me plait en photo, c’est que l’on est constamment en évolution tant techniquement que artistiquement…  Notre œil évolue et ce que l’on trouvait magnifique avant ne l’est plus forcément aujourd’hui… Je pense désormais avoir un post traitement beaucoup plus propre et doux qu’à mes débuts 😉

Allan L'HÉRITIER

Quelle photo, dont tu es fier, t’a posé le plus de difficulté à prendre ?
Il y en a plusieurs, généralement dues à la difficulté d’arriver au lieu de prise plus que la difficulté technique à prendre la photo… Je pense notamment à mes photos du Groenland, particulièrement celle au sommet d’une montagne a 1524m, cela parait rien mais c’était du hors-piste total, pas de sentier, pas de prairie, seulement des arbustes, des champs de rochers, des pierres où tu recules plus que tu avances…

Je pourrais aussi parler de mon sommet en Équateur à 5900m qui a été très dur à cause du manque d’oxygène… et de la « putain de poudreuse » à la fin !

Ou encore d’une photo de ciel étoilé prise l’hiver dernier dans les alpes à 2500m où j’ai dormi dans ma tente et la température est tombée à environ -15°C durant la nuit. Tout était gelé, j’avais dû me réchauffer les mains avec mon réchaud car je n’arrivais pas à enlever mes chaussures…

Tu reviens d’un voyage assez incroyable, peux-tu nous dire 2 mots sur ton parcours et comment tu l’as préparé ?
Oui effectivement je reviens de 4 mois de voyage à travers l’Islande, le Groenland et les Iles Féroé.

Je suis resté deux mois en Islande, 1 mois au Groenland puis retour trois semaines en Islande pour finir avec une semaine aux Iles Féroé. Ce fut une superbe aventure comme tous mes voyages mais celui-ci était diffèrent car il était vraiment orienté 200% photos !

Allan L'HÉRITIER

Ayant maintenant la technique et le matériel pour faire les choses bien, je me suis régalé ! J’ai tout fait en auto-stop en Islande, passé plus de 100 nuits dans ma tente au total, pris l’hélicoptère puis le bateau au Groenland afin de me rendre ou je voulais, fais des treks de plusieurs jours dont certainement le plus difficile de ma vie au Groenland. 9 jours en autonomie à marcher hors-piste, dans des buissons, des arbustes, des marécages, des champs de rochers, et traverser des rivières dont une qui m’a emporté….

Je pourrais raconter beaucoup de chose mais cela serait trop long…

J’ai aussi bien sûr fait beaucoup de rencontres, certaines mêmes qui vont probablement changer mon futur !

Quelle est « l’image » qui te vient de suite en tête lorsque tu repenses à ce périple ?
Difficile à dire tellement j’ai vu de paysages grandioses et différents les uns des autres. Je n’ai pas encore tout traité mais je sais effectivement lesquelles sortiront du lot comme celles au sommet de la fameuse montagne du Groenland, celle d’un coucher de soleil mémorable autour du lac Mytvan ou encore celle avec la mer de nuage dans le Hornstradir.

Et une dernière aux Iles Féroé avec une cascade se jetant dans l’océan accompagnée de belles falaises set d’un superbe coucher de soleil…

Bref vous l’aurez compris j’ai beaucoup de matière en stock 😉

De façon plus « terre à terre », quel est le budget approximatif pour un tel voyage ?
Voyageant en mode routard je dépense très peu ! Quand certains dépensent 2500 euros en trois semaines moi je dépense environ 1000 euros par mois, mais bien sûr je voyage en auto-stop, dors la majorité du temps dans ma tente, mange des pattes, des noodles ou des hamburgers dans les stations service…

Allan L'HÉRITIER | massive rock

Pour mon voyage en Amérique du Sud j’ai réussi à dépenser moins de 500 euros par mois dans les pays pauvre que sont le Pérou et la Bolivie car là-bas tu peux manger pour moins de 1 euro et dormir pour moins de 3… J’ai d’ailleurs beaucoup moins dormis dans ma tente lors de ce voyage !

Lorsque tu pars en voyage, qu’emmènes-tu comme matos photo avec toi ? Quels sont tes « indispensables » ?
L’indispensable est mon trépied, un boitier, un grand angle et un téléobjectif, ensuite une chifonnette et un lenspen pour nettoyer la lentille des éventuels saletés ou embruns…

As-tu déjà dû enlever quelque chose de ta valise pour laisser la place à ton matos photo ?
Euhhh non je gère bien mon sac même s’il est encore un peu lourd… Mais je suis de ceux qui aiment avoir un minimum de confort au bivouac après une journée de marche.

Allan L'HÉRITIER | river island

Quelles astuces as-tu apprises avec le temps concernant la photo en pleine nature ? Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer dans ce style de photo ?
Ne jamais partir par grand ciel bleu, le ciel bleu c’est le mal ! Nan sérieusement faut aller chercher les ambiances, c’est-à-dire y aller pour les couchers, levers du soleil ou lors de journée brumeuses ou encore la nuit. Mais la photo en pleine journée par grand ciel bleu donne rarement de bons résultats ;-).

Personnellement je pense aussi que parfois il faut prendre un minimum de risque afin d’avoir «  La Compo » qui déchire ! Du style bord de falaise, ou une fois je m’étais tellement rapproché d’une cascade en hiver qu’un glaçon est tombé à deux mètre de moi, j’aurais pu me faire très mal s’il m’était tombé dessus… Ou encore me poser sur des coins très vertigineux afin de me mettre en scène sur la composition et montrer l’envergure du décor.

Allan L'HÉRITIER | golden-waterfall

J’te laisse le mot de la fin pour nous parler de ton actu et tes projets à venir.
Concernant mon actu, bah je suis de retour de voyage et je traite actuellement mes photos petit à petit et j’en post toute les semaines sur les réseaux sociaux.

J’ai eu une proposition à ne pas rater, il y a de ça quelques semaines, suite à une rencontre avec Max Rive au Groenland (Max Rive est un photographe de paysage relativement connu et organise des tours un peu partout dans le monde). Justement, il m’a proposé pour fin 2017/début 2018 de faire guide pour lui sur ses futurs tours en Nouvelle Zélande. J repars donc 6 décembre là-bas avec lui pour deux mois de randonnée à faire du repérage.

Si tout se passe bien je ferai guide là-bas chaque année. C’est une très grande opportunité pour moi de me faire connaitre et gagner en expérience afin de peut-être un jour proposer moi-même des tours 😉

J’ai aussi d’une nouvelle exposition grand format en projet pour l’année 2018. Une expo sur mon dernier voyage.

Et pourquoi pas commencer à réfléchir à un livre après la Nouvelle-Zélande 😉

Avant de vous quitter  j’ai envie de dire « Ne lâchez rien ! Si vous avez un rêve, donnez-vous la peine d’essayer de le réaliser car sinon vous allez vivre avec des regrets ! Vis de ta passion et tu ne travailleras jamais ! »

Suivez l’actualité d’Allan sur :

website-iconefacebook-pleininstagram-new500px-plein

A voir également

Laisser un commentaire